Étiquettes

, , , ,

L’insolite évasion de Sebastian Wimer
Stéphane Héaume
Serge Safran éditeur
9791090175532 – 18€90

/!\ A paraître le 18/08/2016 /!\

J’ai commencé ce livre hier soir.

Je m’étais précipitée le long de la mer pour voir le soleil tomber de l’autre côté de l’horizon. Mon coucher de soleil normand après deux heures de route. Je venais de quitter Paris. Ou presque. Mes yeux étaient remplis d’étoiles.

Et j’ai ouvert ces pages.

Il faisait nuit. La fenêtre était entrouverte pour laisser passer un mince filet d’air frais. J’entendais les mouettes. Et rapidement, elles ont fait échos à celles du livre. Il a fallu dormir. Et le lendemain, sur la plage, avaler le reste pendant que le soleil chauffait la peau nue.

Peut-être n’est-ce dû qu’à ces conditions idéales me direz-vous. Mais non. Totalement non. Déjà, je ne connaissais ni la maison d’édition, ni l’auteur. J’ai choisi le service de presse pour le mot « insolite » dans le titre. Parce que je l’aime bien.

Et ce livre, heureuse surprise, c’est tout ce que j’aime. Un monde imaginaire qui pourrait être n’importe où. Un monde qui bascule vers quelque chose que le héros ne veut pas. Un monde qui bascule. Et une histoire bien réelle qui s’approprie ce terrain fertile. Ce sont des personnages attachants qui évoluent dans cette ville qui referme ses portes. C’est une ambiance lourde entre ces murs dans un décor enchanteur. Ou plutôt un décor qui le fût. Mais il y a une pièce qui s’est dessinée dans mes rétines au fur et à mesure des mots qui la décrivaient. Depuis, j’en rêve encore un peu plus.

C’est un conte sans merveilleux. Une histoire dans l’Histoire. Une histoire d’amour brisée. Une amitié qui a l’air à toute épreuve. Et cette épée de Damoclès qui oscille dangereusement au-dessus de la tête de Sebastian.

Alors arrivera-t-il à s’évader?

Moi, en tout cas, j’ai sauté dans cet univers à pieds joints. Un coup de cœur et une belle découverte. Le point positif pour moi, c’est qu’il y a d’autres œuvres de cet auteur à découvrir. Parce qu’il y a ces phrases rythmées comme j’aime et ces mots.
C’est ce type de livre là qui me fait aimer encore plus la magie de la littérature. Ces phrases qui te laissent à bout de souffle, émerveillée.

Une nuit pâle était tombée – une nuit abstraite tant la voûte étoilée semblait mimer le jour.

*

Qu’est-ce qui cogne? Qu’est-ce qui bat, me bouleverse et me brise?

*

Lorsque la sonnette de la porte retentit, le ciel avait disparu dans une brume de soir cannelle percée ici et là de grands éclairs de nuit.

 

 

Publicité